Merlin Story

L'histoire se passe après la saison 3. Qu'est devenue Morgane ? Et Morgause ? Arthur pourra-t-il être avec Guenièvre ? Merlin dira-t-il son secret à Arthur ? Quel camp choisirez vous ? Venez écrire la suite de Merlin.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A partir d'aujourd'hui, je fais grêve du travail ! [PV Arthur]

Aller en bas 
AuteurMessage
Merlin
Admin
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 02/04/2011

Feuille de personnage
Rang Sociale: Serviteur d'Arthur
Or: 100
Sacoche:

MessageSujet: A partir d'aujourd'hui, je fais grêve du travail ! [PV Arthur]   Sam 9 Avr - 11:07

Une mauvaise odeur vint me titiller les narines. Je reniflais l'air avec une grimace de dégout. Depuis quand les appartements de Gaius sentaient autant une odeur dont je n'ose prononcer le nom, de peur d'être vulgaire. J'ai un haut le coeur et aussitôt une envie de vomir. Est-ce qu'il préparait une potion douteuse ? Où alors c'est Helika qui nous offrait encore ses talents de médecin. Moi je vous dis, elle n'a jamais touché à un seul ingrédient pour faire une potion. Entre « avoir des difficultés » et « être nulle » il y a tout de même une grande différence. Et lorsqu'on a aussi peu de talent pour la médecine, comment peut-on devenir l'apprenti du médecin de la cour ? Décidément, cette affaire était vraiment louche, très louche.

Mais revenons à nous moutons, ou du moins, à notre odeur. Elle était vraiment désagréable, pour ne pas dire infecte. D'ailleurs en y repensant, je ne sentait pas le sol du sur lequel je reposais depuis des semaines. Parce que oui, mademoiselle Helika m'avait prise ma chambre ! MA chambre !! Et moi je me retrouvait à dormir PAR TERRE !! Si ce serait seulement pour quelques jours, je m'en ficherais, mais pour TOUJOURS, il n'en était absolument hors de question ! Mais je ne pouvais pas partir, Gaius était comme mon père, je ne voulais pas le laisser. Seulement voilà, ma place avait été prise par cette peste d'Helika. Non bien sur, rien dans son comportant ne montrait qu'elle était une peste (pour le moment !) mais le faite qu'elle habite avec nous et qu'elle me cachait des choses -parce que cela j'en étais certain- ne me laissait pas indifférent. De plus lorsque j'essayais d'en parler à Gaius, celui-ci me disait que je m'en faisais pour rien. Lui aussi me cachait quelque chose. Depuis quand Gaius n'était pas honnête avec moi ? Et bien depuis l'arrivée de la jeune femme en faite ! Elle était entrain de changer ma vie et je n'appréciais guère ! Depuis son arrivé, je n'avais pas pu une seule fois utiliser la magie, parce que c'était trop risqué. A cause de sa présence, j'allais finir par perdre des compétences. Hors moi, j'avais besoin de faire la magie. Parce que sans la magie, je n'étais rien du tout, un moins que rien. De plus mon état de fatigue prononcé faisait que je mettais de côté mes devoirs envers Arthur, ou du moins je m'y appliquais avec beaucoup moins de soin. Inutile de préciser que ça ne plaisait pas du tout à monsieur le Prince Grosse Tête !

Donc le sol, au lieu d'être dur était plutôt … mou ! Et piquant aussi ! Et bien voilà, j'avais le dos qui me grattait ! Je frottais doucement mon dos contre le sol, mais rien à faire, ma démangeaison ne me quittait pas. Je me mis sur le côté et ma tête écrasa quelque chose qui s'étala sur ma joue. L'odeur de puanteur fut encore plus forte à cette pression. Pris d'un doute, j'ouvris brusquement les yeux. Voyant sur quoi ma joue c'était posé, j'eus de nouveau un haut le coeur et bondit en arrière.


- Ah noooon ! Beuuurk !!! Pourquoi toujours moi ??!!!!

J'avais mis du temps à m'apercevoir, que je n'étais pas dans les appartements de Gaius mais dans les écuries ! Et de toute évidence un des chevaux avait jugé marrant de faire ses besoins pile à côté de moi, parce que j'avais de la bouse de cheval plein la joue. Voilà ce que c'était ce parfum : une odeur de crotte au sens propre ! Dans la famille Poisse, j'appelle Merlin, le plus grand des poissards ! Présent !! Comme je n'avais pas de tissu sur moi, je détachais mon kéfié rouge pour m'essuyer la joue avec. Beurk ! Il était bon pour le lavage ! Un cheval -sans doute le responsable de mon malheur- s'amusait à me lécher le visage. Peu rancunier, je fis mon habituel sourire idiot accompagné de mon humour.

- Oh c'est le cheval qui me donne mon bain, quelle chance ! Je pourrais bientôt avoir les même privilèges qu'Arthur !

Rien de plus ironique, bien entendu. En parlant d'Arthur ? N'était-ce pas sa voix que j'entendais ? Sa jolie voix mélodieuse qui m'appelait avec ses mots doux habituels ? Il me semblait distinguer des « idiot » « bon à rien » « jamais à l'heure » « attend que je te trouve ». Oui ça, c'était bien Arthur.

Que c'était-il donc passé ? Je pensais le savoir. Mon manque de sommeil de ses dernières semaines, à cause d'un grand manque de confort, se faisait ressentir. Si bien, qu'hier soir, en nettoyant l'écurie pour le compte de Monsieur-Le-Prince-qui-ne-sait-que-donner-des-ordres-et-ne-sait-pas-se-débrouiller-tout-seul, j'ai du m'endormir, sans même mon aperçevoir. Encore une fois, j'avais passé une « merveilleuse » nuit. Résultat, pour la 4ème fois de la semaine -inutile de préciser que nous sommes Jeudi, donc le 4ème jour de la semaine- je n'avais pas été auprès d'Arthur à son réveil pour l'aider à s'habiller et lui donner son petit déjeuné. Monsieur le prince avait se débrouiller tout seul finalement. Je me demandais comment il avait fait. Comme quoi, les miracles pouvaient arriver ! Malgré tous mes sarcasmes, j'aimais énormément Arthur. Même si nous avons la relation maitre/serviteur, il est également clair pour moi qu'on était les meilleurs amis du monde. Mais bien sur, cela, jamais le prince ne l'avouerait, trop orgueilleux et fière pour cela. Alala la fierté d'Arthur, tout une histoire.

Dans tous les cas, cette situation ne pouvait plus durer, il allait falloir que je trouve une solution. Je ne pouvais pas rester à dormir par terre ou dans l'écurie pour le reste de ma vie. Pas avec les grandes responsabilités que j'avais vis à vis du prince ! Je me levais donc sortis de l'écurie. Après avoir dépoussiéré mes vêtements, je m'assis sur des marches, d'un air endormit. J'avais de grosses cernes sous les yeux, le teint pâle, voir malade, avec un tête d'ahuris (pire que d'habitude). Ma fatigue se lisait ouvertement sur moi. Je laissa échappé un soupire de lassitude et frotta mes cheveux bruns tout ébouriffés et rebelles. Je devrais peut-être aller me laver mais je doute qu'Arthur m'en laisse le temps. D'ailleurs, celui-ci m'avait repéré. Je le voyais arrivé vers moi à grand pas. Un autre soupire sortit de mes lèvres. Les pas lourds d'Arthur seraient accompagnés de reproche et critique. C'était un jeu quotidien entre nous. Mais aujourd'hui je n'avais pas envie de jouer.

La vérité était que depuis quelques semaines, j'étais soucieux. Depuis l'arrivé d'Helika à vrai dire. Je ne comprenais pas pourquoi Gaius me cachaient des choses. Pourtant à moi il me disait tout ! Qui était donc cette Helika ? De plus la façon dont elle me fixait constamment était vraiment gênant. Elle me rendait mal à l'aise. Elle n'était pas méchante, loin de là. Sa maladresse me faisait même beaucoup rire et plusieurs fois, je la taquinais. Mais elle n'en restait pas moins très louche. Et cette situation commençait à me peser. De plus je n'avais personne à qui en parler. Les autres avaient également leur problème : le cas Morgane. Je ne voulais donc pas en rajouter. J'avais donc tout gardé pour moi.

Alors qu'Arthur arrivait à ma hauteur, je me mis à bailler. J'étais encore si fatigué. Et pourtant, Helika elle, elle ne se gênait pas pour dormir la journée ! Une faignante !! Pire qu'Arthur ! Surtout que moi j'allais encore avoir une tonne de travail à faire comme : aiguiser une certaine épée, laver une certaine armure, cirer des certaines bottes, ranger une certaine chambre, préparer le repas pour une certaine personne, nettoyer une certaine écurie puisqu'hier je m'étais endormis dedans. Je ne l'avais donc qu'à moitié nettoyer. Ah et aussi, s'occuper d'un certain cheval, appartenant à une certaine personne !

Je laissais Arthur déballer ses reproches habituels, sans répondre avec mon humour et mon sourire qui l'agaçait. Je n'entendais à peine ce qu'il me disait, l'esprit ailleurs. L'esprit dirigé vers Helika, toujours et encore. On aurait pu croire que j'étais amoureux d'elle, mais ce n'était pas le cas. Au contraire, elle me génait, m'interpellait et me contrariait, même si elle n'avait rien fait. Mais justement, que voulait-elle au juste ? Pourquoi était-elle ici ? Parfois je l'entendais parler tout bas avec Gaius, pour ne pas que j'entende. Je devais faire attention, peut-être qu'elle était une ennemie, une espionne, alliée avec Morgane. Je ne répondais toujours pas à Arthur, la mine soucieuse
.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merlin-story.forumgratuit.org
Arthur Pendragon
Héritier du Trône et frère de coeur d'Anya
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 02/04/2011

Feuille de personnage
Rang Sociale: Prince de Camelot
Or: 100
Sacoche:

MessageSujet: Re: A partir d'aujourd'hui, je fais grêve du travail ! [PV Arthur]   Ven 15 Avr - 11:09

- Ha ! Te voilà enfin. Cela fais plusieurs minutes que je te cherches où étais-tu ?

Une voix des plus douces et des plus masculine venait de se faire entendre aux oreilles du jeune Merlin. Il s'agissait bien entendu de celle d'Arthur. Celui-ci n'était pas encore en face du garçon et lorsqu'il s'approcha et qu'il fût bien en face de lui, il se stoppa et le regarda.

- N'es-tu pas censé m'apporter mon petit déjeuner à mon réveille ? J'ai dû me débrouiller seul ce matin pour avoir de quoi manger.

Il croisa les bras en continuant.

- J'ai dû faire moi-même mon lit et préparer mon bain...

Arthur croisa les bras et continua :

- Si je dors mal cette nuit ce sera ta faute. Merlin tu m'écoutes ?

Visiblement non. Le jeune sorcier semblait avoir la tête ailleurs et en le regardant en détail il remarqua une chose sur l'une des joues du garçon. Il s'en approcha davantage puis se recula et dit en le regardant :

- Du crottin de cheval ? Tu es tombé en nettoyant les écuries ?

Cela fit rire le jeune prince, décidément son valet était toujours aussi doué ! Mais, voyant qu'il ne réagissait pas, Arthur reprit son sérieux.

- Merlin, je te parles. Es-tu avec moi ou ailleurs ?

Croisant les bras il ajouta :

- Et puis qu-'est-ce que c'est que cette mine ? On dirait que tu portes le poids du monde sur tes épaules.

Il fit une courte pause, puis posa une de ses mains sur l'une des épaules du garçon et dit d'un ton compatissant:

- Je crois que j'ai deviné. Il s'agit de Morgane n'est-ce pas ? Étant amoureux d'elle sa trahison t'a forcement touché plus que tu ne le montre. Je suis vraiment désolé pour toi mais...Il faut que tu saches que lorsqu'on l'aura retrouvé, elle sera jugé. Pour ce qu'il adviendra d'elle, cela reviendra au roi d'en décider.

Arthur ne savait pas qu'en réalité ce qui tourmentait le jeune sorcier était les messes basses qu'avaient Gaïus et Helika. Il retira sa main de l'épaule du garçon puis dit d'un ton directif :

- Bien, et si tu allais te laver pour commencer ? Tu refoule Merlin c'est infect. Ensuite j'aurai du travail pour toi. Il faudrait sceller nos chevaux et ceux des chevaliers, nous allons partir faire des recherches.

Il lui tourna le dos, s'apprêtant à partir, puis tourna la tête vers lui et dit simplement :

- Oh, j'oubliais...Laisse tomber Morgan et trouve toi une autre petite amie, ca vaudra mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merlin
Admin
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 02/04/2011

Feuille de personnage
Rang Sociale: Serviteur d'Arthur
Or: 100
Sacoche:

MessageSujet: Re: A partir d'aujourd'hui, je fais grêve du travail ! [PV Arthur]   Dim 17 Avr - 14:55

Je ne réagis que lorsque je sentis la main d'Arthur sur mon épaule. Je levais les yeux vers lui, d'un regard qui se fit hagard surtout en entendant ses paroles. Il pensait que j'étais mal à cause de Morgane. Combien de fois je devrais lui dire que je ne suis pas amoureux de Morgane ? Surtout maintenant. Ca fait bien longtemps que je n'éprouve plus aucun attachement à l'ancienne pupille du roi. Les seuls sentiments que je ressentais pour elle étaient du regret pour la femme sans coeur qu'elle est devenue et de la culpabilité parce que je me sens responsable, du fait que je l'ai empoisonné. Gaius avait beau dire que j'avais fait ce qu'il fallait, ça ne changeait pas que l'acte était horrible. Si Arthur savait que j'avais empoisonné Morgane, je crois qu'il me ferait directement exécuté. En tout cas je suis sur qu'il perdrait toute amitié à mon égard.

- Je … non il ne s'agit pas de Morgane, ça n'a rien à voir avec elle. Concernant Morgane, c'est plutôt à moi d'être désolé pour vous. Vous tenez à elle beaucoup plus que moi. Après tout elle était comme une soeur pour vous. Mais Arthur, vous devez restez sur vos gardes. Je ne sais pas où elle est, mais je suis sur qu'elle ne laissera pas tomber …

Non Morgane n'était pas du genre à laisser tomber, loin de là. Elle finirait par revenir en force, pour se venger. Surtout que si Uther et Arthur mourraient, c'était elle qui hériterait du trône. Je savais aussi qu'elle ne me laisserait pas la vie sauve, après tout, j'avais pratiquement tué Morgause, même si j'étais le seul à le savoir. Je n'allais pas raconter la vérité à Arthur, préférant laisser les mérites à Lancelot.

Arthur m'ordonna d'aller me laver. En effet le crottin de cheval n'était pas le meilleur des parfums. Il me donna ensuite des directives pour la suite de mon travail. Les taches habituelles. Je lui fis un grand sourire, pour lui montrer que tout allait bien, avec mon humour habituel. J'inspirait l'air avec un faux air de bonheur.


- Hmmmmm c'est pourtant une bonne odeur ! Vous devriez essayé, je suis sur que ça vous irait bien.

Sur ses jolies paroles, je bondis des marches et prit mes jambes à mon cou. Je n'avais pas envie de me reçevoir un quelconque objet sur la tête pour mon insolence humoristique. J'ignorais volontairement sa remarque sur le fait que je devais oublier Morgane et me trouver une autre petite amie. J'allais finir par écrire sur le front d'Arthur que je suis pas amoureux de Morgane, pour que ça rentre bien dans sa tête sur-dimensionné !

Je rentrais donc chez Gaius pour prendre un bon bain, bien mérité. Celui-ci me fixa comme lorsque je faisais des bêtises et qu'il attendait que je crache le morceau. Il avait du remarqué que je n'avais pas passé la nuit ici. Je lui lançais mon habituel « bonjour » enjoué puis alla directement prendre mon bain. Je n'avais pas envie de me justifier. Ni sur mon absence de cette nuit, ni sur ma joue plein de crottin de cheval. De toute façon les deux reliaient le même sujet : manque de sommeil = Helika. D'ailleurs mademoiselle était encore entrain de dormir ! Et bien bravo !!! Elle compte dormir toute la journée cette fégnasse ? Je vais la faire bosser moi ! Je ne voulais pas devenir irritable mais sa présence commençait à me pesait. Mais comme d'habitude, je ne montrais rien. Je pris bien mon temps pour prendre mon bain. En sortant, Helika était en pyjama, entrain de parler à voix basse avec Gaius qui lui répondait en chuchotant également. Lorsqu'ils me virent, les deux s'arrêtaient net de parler. Je laissais échappé un soupire de frustration et leur dit que j'avais du travail. Je n'attendis pas plus longtemps pour quitter les appartements de Gaius. Celui-ci avait du remarquer ma mauvaise humeur. Tant pis !

Je rejoignis Arthur, cette fois-ci tout propre, mais avec la mine encore plus sombre que tout à l'heure. Sans une parole pour mon prince, j'entrais de nouveau dans l'écurie pour sceller les cheveux avec des gestes plutôt secs et brusques ce qui était inhabituel de ma part. Finalement je me retournais vers Arthur. J'allais craquer, il fallait que j'agisse.

- Arthur, c'est possible de m'avoir une chambre au château ?

Je ne voulais pas en dire plus, je ne voulais pas ennuyer Arthur avec mes histoires, il avait autre chose à faire. Mais il devait bien se douter que si je demande à partir de chez Gaius, il y avait une raison. Je savais également que ça n'allait pas plaire à Gaius, il risquait de mal y prendre, mais il fallait qu'il se mette à ma place. Ce n'était plus possible.

Mais je devais tout de même quelques explications à Arthur, sinon il n'aurait aucune raison d'accéder à ma demande. Je me mordis les lèvres et soupira de nouveau.


- Gaius me cache des choses ! Et cette fille Helika ! Elle n'est pas net ! En plus elle empoisonne mon espace vital ! Et moi comme d'habitude, je ne peux rien dire.

Vraiment parfois j'avais l'impression qu'on profitait de ma gentillesse pour me manipuler. Parfois j'aimerais dire à tout le monde que je suis un magicien, un puissant magicien qui avait sauvé la vie d'Arthur de nombreuses fois, alors on me devait quand même un minimum de respect ! Et en tant que simple humain, simple servant, je me sentais si pitoyable. Sans la magie, j'étais un moins que rien. Je n'avais même pas d'endroit où dormir convenablement. J'en étais à dormir sur du crottin de cheval.

Je m'efforçais de me calmer et lui fit mon sourire idiot habituel, pour qu'il oublie ce que je venais de dire. Arthur avait des problèmes plus important à régler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merlin-story.forumgratuit.org
Arthur Pendragon
Héritier du Trône et frère de coeur d'Anya
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 02/04/2011

Feuille de personnage
Rang Sociale: Prince de Camelot
Or: 100
Sacoche:

MessageSujet: Re: A partir d'aujourd'hui, je fais grêve du travail ! [PV Arthur]   Dim 8 Mai - 12:10

Ne pas laisser tomber, de cela le Prince en était sûre lui aussi. Par la suite il sembla au Prince que l'humeur naturelle de son serviteur reprit le dessus. C'est pourtant une bonne odeur ! Vous devriez essayé, je suis sur que ça vous irait bien, sur cette phrase Merlin se hâta de partir, craignant sans doute quelques représailles de la part d'Arthur. Lorsque Merlin revint, il avait une mine encore plus sombre qu'à son départ et entra dans l'écurie sans adresser une parole au jeune homme. Arthur le suivit du regard puis le rejoignit et remarqua qu'il scella assez brusquement les chevaux, ce qui n'était pas dans les habitudes du garçon.

Finalement, il se tourna vers lui et lui demandât la possibilité d'avoir une chambre au château. Arthur croisa les bras et pencha un peu la tête sur le coté, fixant son valet. Gaius me cache des choses ! Et cette fille Helika ! Elle n'est pas net ! En plus elle empoisonne mon espace vital ! Et moi comme d'habitude, je ne peux rien dire. C'était donc cela la cause de sa mauvaise humeur ! Cela surpris un peu le jeune prince, il savait Merlin un tantinet rebelle mais, cette fois c'était différent. Il avait ressentit très nettement l'agacement et la colère dans ses paroles, ce qui était chose rare chez lui. Après cela, le jeune sorcier lui fit son habituel sourire tandis qu'Arthur l'avait écouté patiemment, puis lui répondit d'un ton calme et non moqueur. Un ton digne d'un futur roi qui a su écouter ses sujets.


- Il y a des chambres de libres. Tu pourras en avoir une le temps que tes soucis se tassent. Mais, je te conseille tout de même d'en parler avec Gaïus, c'est lui ton tuteur il me semble non ?

Il marqua une pause avant d'ajouter :

- En ce qui concerne Helika, tu devrai avoir une conversation avec elle, cela arrangerait sans doute vos relations je penses.

Arthur s'approcha de l'un des chevaux en décroisant les bras, et caressa la tête de l'animal en le regardant.

- En fait, cela éviterai que tu sois de mauvaise humeur, ce qui ne te vas mais alors, absolument pas. Et que tu brutalise quelque peu ces pauvres animaux.

Il se tourna ensuite vers son ami et ajouta :

- Tu as ta journée de libre. Profite en pour te remettre les idées en place. Mais, demains tu devras faire le double de ton travail.

Allant vers lui, il se plaça devant le jeune sorcier et tapota une de ses épaules.

- Je préfère avoir un serviteur idiot plutôt qu'un serviteur austère hm ?

Sur ces paroles, Arthur s'éloigna en disant comme dernières recommandations :

- N'oublies pas de leur parler au lieu de tout garder pour toi.

Oui, le Prince avait ses propres soucis mais, il n'avait pas aimé voir Merlin ainsi. Il lui préférait de loin son sourire un tantinet moqueur et provocateur qu'à la tête qu'il avait pu lui voir. De plus que serait-il, s'il n'était pas capable d'aider celui qu'il considérait comme son meilleur ami ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A partir d'aujourd'hui, je fais grêve du travail ! [PV Arthur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A partir d'aujourd'hui, je fais grêve du travail ! [PV Arthur]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Musée Grévin II : Artistes d'hier & d'aujourd'hui
» MEZZO LIVE HD : sur c@n@ls@t à partir d'aujourd'hui..
» L'oeuvre connue du moment - Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud! de René Char
» Tu as fait quoi aujourd hui ?
» Tu as fait quoi aujourd hui ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merlin Story :: CAMELOT :: La Citadelle :: Les écuries royales-
Sauter vers: